Publié le 13 avril 2015 dans contrepoints

SoundiataKeitaL’histoire de l’Afrique est méconnue mais elle est d’une richesse infinie. C’est ainsi qu’en Afrique sub-saharienne se sont développés des empires et des royaumes médiévaux incroyables.

Et alors qu’en Angleterre en 1215 se dessinait la Grande Charte, des textes fondaient le Royaume du Mali. En effet, à cette époque, le Manding (dans la Guinée) était dirigée par le roi Naré Maghann Konaté à qui un chasseur avait prédit que s’il épousait une femme laide, il aurait un fils qui deviendrait le plus grand des rois. Il mit donc de côté la prédiction et continua sa vie jusqu’au moment où lui fut amené Sogolon Kondé du pays de Do, avec laquelle il eut plusieurs enfants dont un fils Soundiata. À la mort de son père, Soundiata fut obligé de s’exiler au Royaume de Mena dans lequel il grandit et se forma aux armes pendant que le puissant roi-sorcier du Sosso envahissait le Manding.

Lorsque Soundiata fut enfin assez grand et entraîné, il rassembla des guerriers et partit à la reconquête de son royaume en rassemblant les armées de différents petits royaumes, ce qu’il réussit à faire en remportant, en 1235, la bataille de Kirina. Les royaumes réunis constituèrent l’Empire du Mali dont Soundiata Keïta devient « Mansa », ce qui signifie « Roi des rois » vers la fin de l’année 1236.

L’UNESCO inscrit en 2009 « la Charte du Mandén proclamée à Kouroukan Fouga » sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, confondant de manière surprenante les deux textes distincts qui ont fondé le nouvel empire du Mali.

Le premier texte est autoproclamé par Soundiata au moment de son intronisation comme empereur du Mali en 1222. Il est nommé « le serment des chasseurs » ou « injonction au monde » ou encore Charte du Manden ou Manden kalikan. Ce texte est d’autant plus intéressant qu’il est considéré comme l’une des premières déclarations des droits de l’homme de l’humanité, il comporte sept articles de tendance libérale évidente :

  1. « Toute vie est une vie » : égalité entre les hommes.
  2. « Tout tort causé à une vie exige réparation » : droit à réparation et responsabilité de ses actes.
  3. « Que chacun veille sur son prochain » : respect des droits individuels et solidarité.
  4. « Que chacun veille sur le pays de ses pères » : principe écologique de sauvegarde de la terre et des peuples qui la composent, principe du capital.
  5. « La faim n’est pas une bonne chose » : principe de dignité de l’homme par l’autonomie alimentaire.
  6. « L’essence de l’esclavage est éteinte ce jour » : principe de liberté et de propriété qui commence par la propriété de sa propre vie.
  7. « Chacun dispose désormais de sa personne ; Chacun est libre de ses actes ; Chacun dispose désormais des fruits de son travail » : principes de liberté et de propriété.

Le second texte est la charte du Kouroukan Fouga. Il date de 1236. Même s’il reprend en partie le serment des chasseurs, il diffère sur deux points :

  1. L’esclavage n’est plus à abolir mais à humaniser : liberté et égalité relative.
  2. Le concept d’égalité qui devient relative puisqu’il hiérarchise la société.

C’est un texte, à mi-chemin entre un code civil et une constitution, qui résulte du travail des dignitaires et permet d’organiser le nouvel empire du Mali concrètement. Il s’avère qu’en effet, depuis le 11ème siècle, cette partie de l’Afrique s’entredéchirait et Soundiata ainsi que ses dignitaires avaient observé que la plupart des conflits naissaient de problèmes de propriété. Voyant cela, ils décidèrent donc d’organiser la société de manière à fixer des tempérances sociales. Dès lors, ce texte subdivise la société pour mieux en relier les parties dans un système complexe d’alliance perpétuelle avec la règle de la parenté à plaisanterie qui est toujours en cours. Cette fraternité dans un système de droits et de devoirs réciproques crée une égalité relative qui permet l’installation d’un humanisme très élevé et rapproche les peuples au sein d’un empire de 3000 km de long, de la presqu’île du Cap Vert jusqu’à Niamey.

Pour Soundiata, la dignité et la liberté de l’homme passant par l’autosuffisance alimentaire, il met en avant la prospérité individuelle résultant du travail de l’homme libre. C’est l’article 4 : « Le travail étant facteur de libération et valorisation, il en est fait une obligation pour tous. » L’article 5 quant à lui institue le caractère sacré de la vie et le respect dû à la personne humaine. Un devoir d’éducation des enfants par la société est également créé (à l’article 9). Il n’oublie pas non plus les femmes, imposant leur respect tant dans la sphère privée que dans la politique, avec l’article 16 : « Les femmes, en plus de leurs occupations quotidiennes, doivent être associées à tous nos gouvernements. »

Et s’il n’abolit pas l’esclavage, il institue un droit des esclaves à être bien traités, à avoir des jours de repos, posséder des biens qui leur sont inaliénables et même à s’enrichir (article 20). Il crée aussi l’immunité diplomatique, avec deux articles spécifiques : le 24, « Ne faites jamais de tort aux étrangers » et le 25, « Le chargé de mission ne risque rien au Mandé ».

Les bases du droit de propriété qu’il crée sont repris dans différents articles, à commencer par l’article 34 : « Il y a cinq façons d’acquérir la propriété : l’achat, la donation, l’échange, le travail et la succession. Toute autre forme sans témoignage probant est équivoque. » Les articles suivants précisent même le rendement qui peut être attendu par des métayers :

  • Article 35 : « Tout objet trouvé sans propriété connue ne devient propriété commune qu’au bout de quatre ans. »
  • Article 36 : « La quatrième mise bas d’une génisse confiée est la propriété du gardien. »
  • Article 37 : « Un bovin doit être échangé contre quatre moutons ou quatre chèvres. »
  • Article 38 : « Un œuf sur quatre est la propriété du gardien de la poule pondeuse. »

Il confirme le principe de solidarité et de dignité humaine comme valeur primordiale de la société. Personne ne peut ou ne doit mourir de faim dans le Royaume du Mail si son voisin est dans la prospérité. Ainsi, l’article 39 proclame que : « Assouvir sa faim n’est pas du vol si on n’emporte rien dans son sac ou sa poche. »

Quant à la démocratie, il la met en place à un moment où l’Europe est dans les Ténèbres. Ainsi, l’article 42 énonce que « dans les grandes assemblées », il faut se contenter des légitimes représentants. En d’autres termes, chacun (y compris les femmes) doit y être représenté, à défaut d’y être présent.

Sa gouvernance était fondée sur la concertation et il institue le kolagnokorognoya, c’est-à-dire l’obligation de faire connaître et de rendre compte à tous des actes que l’on mène au niveau de la cité et du pays afin de permettre à tous de savoir et de s’exprimer. Il a également laissé au peuple (confrérie des chasseurs et les 34 familles de base du Mandé) le soin de désigner son successeur.

Il crée enfin une gestion écologique des ressources en proclamant dans son article 40 que « la brousse est notre bien le plus précieux, chacun se doit de la protéger et de la préserver pour le bonheur de tous. »

À la lecture de ces articles, on ne peut donc écarter que le premier libéral connu, historiquement, serait Soundiata, Roi des rois, qui vécut en Afrique au 13ème siècle : il a mis le bonheur des hommes au cœur de son projet en essayant de fonder une société plus juste, équitable, basée sur le respect de l’Homme et sa dignité, en garantissant la liberté de chacun en donnant à tous les moyens financiers et matériaux de le devenir.

Il meurt en 1255 après avoir instauré un gouvernement d’inspiration démocratique et libérale quasi-parfaite. Il fut d’une sagesse et d’une tolérance remarquables puisqu’il a permis durant sa vie, en instituant la liberté de culte, la coexistence pacifique de l’animisme ancestral et de l’Islam, dont il était pratiquant. Il est resté dans les souvenirs comme un remarquable guerrier, et également comme un grand administrateur qui a développé le commerce, l’exploitation de l’or et l’agriculture de son pays.

Publicités